Mots-clefs

, , , , , ,

Avez-vous remarqué que les lecteurs désertent votre bibliothèque depuis quelques mois ? Avez-vous transpiré en analysant les statistiques de rotation de vos collections ? Vous avez en conséquence et sans aucun doute redoublé d’esprit pour essayer de ramener de la vie dans vos espaces ou pour rendre vos livres plus visibles et attirants pour vos publics… mais avez-vous pensé à des outils visuels de curation comme Pinterest, Learnist ou Pearltrees ?

Suivant la vague du numérique et du Web 2.0, les habitudes des utilisateurs se métamorphosent en même temps que la documentation alors que leur exigence ne fait qu’augmenter. Les étudiants peuvent maintenant suivre des cours en e-learning depuis leurs lits ou d’autres pays et constituer leurs bibliographies grâce aux ressources électroniques. Certains parlent de la mort du livre et des bibliothèques, d’autres décident d’affronter et de rallier la technologie à leur cause afin d’explorer de nouvelles manières de diffuser et promouvoir leurs collections. Les spécialistes de l’information se sont notamment intéressés à différents outils de curation sociaux et visuels dans deux optiques : la valorisation de l’offre de services et la formation des utilisateurs.

Trois outils visuels de curation

Pinterest

Pinterest est une sorte de tableau d’affichage virtuel qui permet de collecter, organiser et partager des images et vidéos étayées d’URL en tableaux thématiques. Deux projets canadiens permettent de se faire une idée d’utilisations pratiques de cet outil : d’abord le projet pilote de la bibliothèque de l’université de Regina lancé en 2012 et également le projet de 2015 à l’université de Laval.

Une application : Learnist

Learnist est une application semblable à Pinterest lancée en 2012. Pour sa part, elle s’est spécialisée pour le domaine de l’enseignement. Les tableaux thématiques y sont d’ailleurs référencés comme des leçons que l’utilisateur peut marquer comme « apprises » une fois leur lecture terminée. L’application peut être utilisée de la même manière que son grand-frère Pinterest pour promouvoir des contenus et services. Toutefois, il serait peut-être plus intéressant de s’appuyer sur son aspect « formation » en proposant des leçons sur la rédaction de bibliographies par exemple afin de participer à la formation des utilisateurs.

Une option française : Pearltrees

Lancé en même temps que Pinterest et suivant le même principe de curation de contenu, Pearltrees se différencie de son concurrent en ce que le contenu peut y être organisé en mind-map sous forme d’arborescence.

Power of visual content Digital Hermes

 Les affinités des contenus visuels avec notre cerveau

Quid de l’utilisation dans un contexte institutionnel ?

Aucun des trois outils présentés ici ne saurait se limiter à un type d’utilisation, car c’est à l’utilisateur de déterminer lequel correspond le mieux à ses besoins. On peut tout de même retenir plusieurs forces saillantes communes :

  • Leur aspect visuel se prête bien à la promotion d’objets comme des e-books
  • La possibilité d’associer un lien au contenu épinglé permet d’étayer la ressource et dans le cadre d’un e-book, de mettre en lien vers sa notice dans un OPAC.
  • L’ajout de contenu est un processus très rapide et facile qui ne demande pas d’expertise particulière
  • Leur aspect participatif permet de passer d’un catalogue statique à une vitrine dynamique avec la possibilité pour les usagers de « liker », commenter ou partager le contenu.

En revanche ces caractéristiques et leur utilisation en milieu institutionnel impliquent des problématiques, notamment deux importantes:

Copyright

De par leur fonctionnement, les outils de curation s’abreuvent en ressources sur des sites tiers, ce qui engendre forcément des risques de violation de copyright. Dans un contexte institutionnel, il est crucial que la diffusion des contenus se fasse en adéquation avec ce dernier. Le compte rendu du projet pilote Pinterest de Regina propose sept questions à se poser avant d’épingler du contenu sur Pinterest. Celles-ci permettent de se faire une idée de quelles problématiques devront être prises en compte afin de se prémunir contre toute infraction involontaire et ce, quel que soit l’outil utilisé.

Popularité et public cible

Bien que ces outils de curation aient le vent en poupe, leur utilisation reste minoritaire dans le monde académique francophone et conditionnée par la création d’un compte. On ne peut accéder ou créer des ressources sans être inscrit. Une institution souhaitant utiliser l’un de ces outils comme moyen de communication devra donc s’assurer de l’existence d’un intérêt parmi le public cible.

Les outils de demain?

Les quelques projets et retours faits autour de l’utilisation de ces outils en milieux académiques sont plutôt positifs. La digitalisation des ressources documentaires a engendré un besoin pour de nouveaux outils spécialisés et spécifiques à ce mode de diffusion. Nous sommes dans une phase transitoire et les outils sociaux visuels, bien que pas forcément destinés originellement à l’usage en bibliothèque, peuvent être une solution provisoire à ces besoins nouveaux que les OPAC, par exemple, peinent à satisfaire. Aujourd’hui, on trouve encore des fantômes pour signaler l’existence de e-books dans les rayons entre les bons vieux livres à l’UNIGE, mais demain les retrouverons-nous peut-être dans des tableaux d’affichage Pinterest et les formations proposées dans le cadre des Midis de l’information scientifique bientôt disponibles ou dispensées sous Learnist ?

Références

HANSEN, Kirsten, NOWLAN, Gillian et WINTER, Christina, 2012. Pinterest as a Tool: Applications in Academic Libraries and Higher Education. Partnership: The Canadian Journal of Library and Information Practice and Research [en ligne]. Vol. 7, n° 2. [Consulté le 11 décembre 2016]. Disponible à l’adresse : https://journal.lib.uoguelph.ca/index.php/perj/article/view/2011

ZAVALA MORA Daniela, 2015. S’alimenter à la source de Pinterest : utilisation de Pinterest pour la mise en valeur des nouveautés en format électronique de la Bibliothèque de l’Université Laval. Partnership: The Canadian Journal of Library and Information Practice and Research [en ligne].vol. 10, n° 2 (2015). [Consulté le 11 décembre 2016]. Disponible à l’adresse: https://journal.lib.uoguelph.ca/index.php/perj/article/view/2967#.WEyggvnhDIV

Image à la une : @Blogtrepreneur

Infographie : @DigitalHermes

Publicités