Étiquettes

, , , , , , , ,

Facebook, Twitter, Youtube, ou encore, Flickr, depuis quelques années, les sites web « sociaux » ont progressivement conquis la toile : partages de photos, de vidéos, ventes de particulier à particulier, forums, blogs, … tout internaute y trouve son compte. Véritable tournant dans l’histoire du World Wide Web, le web social, appelé web 2.0, a fait son apparition au début des années 2000 et ne cesse de se développer. 


Du web 1.0 au web 2.0

Alors que dans les années 90, le web (rétroactivement nommé web 1.0) est statique et linéaire, laissant uniquement à l’internaute la possibilité de consommer de l’information, il évolue progressivement vers une plateforme donnant davantage de possibilités de diffusion et de partage de contenus par les internautes. L’utilisateur n’est plus un simple consommateur passif mais prend part à la production d’informations et à l’évaluation de leur valeur.

Tim O’Reilly baptise cette mutation progressive du web statique vers un web participatif par l’appellation Web 2.0. Afin de clarifier le concept, il écrit en 2005 un article qui deviendra fondateur dans le milieu informatique : « What is web 2.0: design patterns and business models for the next generation of software », et dont je souhaite faire le compte-rendu.

image1Figure 1 – D’un web linéaire et statique à un web participatif et collaboratif
Source: https://charlespauze.wordpress.com


Les 7 principes du web 2.0

En comparant certains aspects d’applications récentes avec des services plus anciens, Tim O’Reilly énonce les 7 principes qui selon lui, représentent les traits les plus caractéristiques d’un service web 2.0 :

  • Le web en tant que plateforme
    Le web n’est plus un simple média entre webmaster et internaute, mais devient une plateforme participative depuis laquelle applications et services fonctionnent, touchant l’intégralité du web, jusque dans sa périphérie (le principe de la Longue traîne de Chris Anderson).
  • Tirer parti de l’intelligence collective
    L’implication de l’utilisateur est essentielle et devient l’atout majeur pour dominer le marché. L’internaute devient co-développeur et ajoute du contenu, ce qui permet au site web d’évoluer et de croître.
  • La puissance est dans les données
    Les fondements des services web 2.0 sont dans la possession de données stratégiques qui permettent aux sociétés de se positionner sur le marché. La gestion des bases de données est le cœur même de leur métier et devient un enjeu économique majeur.
  • La fin des cycles de releases (versions)
    Les logiciels ne sont plus considérés en tant que produits mais en tant que services devant être continuellement évalués et mis à jours. Les différentes versions de logiciels sont alors remplacées par de longues périodes de tests, dits bêta.
  • Des modèles de programmation légers
    Les modèles de programmation doivent être légers pour permettre la création de systèmes faiblement couplés et rendre leurs composantes réutilisables individuellement. L’idée est aussi de laisser les données à disposition et non de contrôler ce qui se passe à l’autre bout de la connexion. C’est le concept de syndication. Finalement, un des aspects du web 2.0 est la possibilité de rendre ses services remaniables. La plupart des outils utiles sont Open Source, et même quand ils ne le sont pas, ils sont peu protégés au niveau de la propriété intellectuelle.
  • Le logiciel se libère du PC
    L’utilisation des services web n’est plus seulement limitée au PC mais peut se faire via d’autres appareils : Ipod, tablette, smartphone, etc.
  • Enrichir les interfaces utilisateurs
    Les interfaces utilisateurs, grâce à différents langages de programmation, notamment la technologie AJAX, sont riches, ergonomiques et intelligentes.


Le web d’aujourd’hui

Pour rappel, l’article de Tim O’Reilly a été écrit en 2005, soit il y a maintenant plus de 10 ans. Ces dernières années, le web a encore beaucoup évolué. Il est devenu encore plus collaboratif et participatif avec le développement de nombreuses applications allant dans ce sens. On a également assisté à une nouvelle forme de web avec le phénomène de web en temps réel ou encore de réalité augmentée, ce que Tim O’Reilly et John Battelle nomme le Web² dans leur article « Web squared: web 2.0 five years on », publié en 2009. Il s’agit d’une évolution du web 2.0 mais pas encore le web 3.0. L’idée est d’étendre la portée du web 2.0 dans le monde réel, directement sur le terrain. Les nouvelles applications sur les smartphones en sont d’ailleurs la démonstration.

1476866661-4133-cardFigure 2 – Pokemon Go: une application web²
Source: http://map-concepts.com/pokemon-go-les-marques-se-lapproprient/

Le web de demain

Au vu des avancées technologiques, nombreux sont ceux à se demander ce que sera le web de demain. Plusieurs visions du web 3.0 apparaissent, dont la plus importante et celle de dire que le web 3.0 sera le web sémantique.

L’idée est de parvenir à un web intelligent, où les machines comprendraient le langage naturel et la signification de l’information sur le web. Les  pages web étant actuellement lisibles uniquement par l’Homme, le web sémantique a comme objectif de les rendre lisibles par les ordinateurs. Ils parviendraient à associer les données pour réaliser certaines tâches comme la recherche ou l’association d’informations dans le but de répondre précisément à une question d’un utilisateur et lui apporter ce qu’il cherche vraiment.

Certaines applications web allant dans ce sens existent déjà. Parmi elles, Siri, l’application d’assistant personnel disponible sur tous les iPhones. Mais ce n’est là que les prémices de ce que le web sémantique sera capable de faire pour l’Homme…

siriFigure 3 – Siri: les prémices du web 3.0
Source: http://www.presse-citron.net/siri-le-cauchemar-de-google/

Bibliographie

BOISSEAU, Jean-Baptise, 2006. Qu’est ce que le web 2.0 : Modèles de conception et d’affaires pour la prochaine génération de logiciels. Internetactu.net [en ligne]. Publié le 21 avril 2006. [Consulté le 11 novembre 2016]. Disponible à l’adresse: http://www.internetactu.net/2006/04/21/quest-ce-que-le-web-20-modeles-de-conception-et-daffaires-pour-la-prochaine-generation-de-logiciels/

GUILLAUD, Hubert, 2009. Le web à la puissance 2: le web 2.0 cinq ans plus tard. Internetactu.net [en ligne]. Publié le 1er septembre 2016. [Consulté le 11 novembre 2016]. Disponible à l’adresse: http://www.internetactu.net/2009/09/01/le-web-a-la-puissance-2-le-web-20-cinq-ans-plus-tard/

O’REILLY, Tim, 2005. What is web 2.0: Design Patterns and Business Models for the Next Generation of Software. O’Reilly [en ligne]. Publié le 30 septembre 2005. [Consulté le 11 novembre 2016]. Disponible à l’adresse: http://www.oreilly.com/pub/a/web2/archive/what-is-web-20.html

O’REILLY, Tim et BATTELLE, John, 2009. Web squared: web 2.0 five years on [en ligne]. [Consulté le 11 novembre 2016]. Disponible à l’adresse: http://assets.en.oreilly.com/1/event/28/web2009_websquared-whitepaper.pdf

PLU, Julien, 2015. Introduction au web sémantique. Développez.com [en ligne]. Publié le 21 avril 2011. Mis à jour le 29 décembre 2015. [Consulté le 21 novembre 2016]. Disponible à l’adresse: http://jplu.developpez.com/tutoriels/web-semantique/introduction/