Étiquettes

, , , , , ,

Billet rédigé par Tiffany Gerber et Nicolas Prongué, assistants,
filière Information documentaire de la Haute école de gestion de Genève

TG2

 

Depuis le 18 septembre, la Bibliothèque de Genève propose « De l’argile au nuage », une exposition retraçant l’histoire des catalogues de bibliothèques au fil des siècles. Au-delà du développement des supports – qui peut parfois surprendre ! – il est surtout intéressant de voir évoluer à travers les époques les méthodes utilisées pour organiser les savoirs.

De l’organisation des savoirs à la naissance d’une profession

Tout commence par l’argile au 2e millénaire avant J.-C. : sur la tablette exposée apparaît une simple liste de fonctions et de professions. Du support rigide, on passe alors au support flexible : divers codex illustrent l’organisation croissante des connaissances au fil du temps. De vitrines en vitrines apparaissent inventaires, catalogues et bibliographies, se développant, se cherchant et se concurrençant, s’organisant topographiquement, alphabétiquement ou thématiquement. Un voyage dans ce panorama d’outils laisse entrevoir un souci d’organisation des connaissances insoupçonné, pour une époque où l’imprimerie n’était encore qu’un rêve. Comment classifier, structurer, nommer ? Comment représenter le savoir ? On entrevoit déjà les questions fondamentales qui occuperont des générations de bibliothécaires jusqu’à aujourd’hui. Et c’est l’histoire même de la profession que l’on revisite alors.

Visiter l’exposition

Dans la salle sombre, le visiteur peut se concentrer sur les 73 pièces mises en lumière et exposées chronologiquement. De nombreux catalogues et inventaires certes, mais aussi des objets plus surprenants, tels que les cartes à jouer prenant le rôle de fiches de catalogue ou encore le fabuleux catalogue capsenthétique pensé par Pierre Pinçon au XIXème siècle.

L’installation principale, représentative de l’intitulé de l’exposition, laisse le visiteur admiratif. Les fiches des anciens catalogues s’échappent de leurs tiroirs pour s’envoler dans le Cloud. Ainsi, le papier laisse place aux données virtuelles. Les notices numériques surgissent, s’entremêlent paisiblement, puis laissent place aux suivantes, selon un algorithme de recherche lancé dans le catalogue RERO (Réseau des bibliothèques de Suisse occidentale).

TG1Les pièces exposées ne portent pas d’explications au sein des vitrines. Au visiteur de se procurer le guide de l’exposition, soit en version papier sur place, soit en version numérique depuis son smartphone ou sa tablette. Cependant, le visiteur perdu ou non initié ne refusera pas une visite guidée. Celle-ci représentera une réelle valeur ajoutée de l’exposition et ses petits yeux se verront soulagés de ne pas devoir décrypter les explicatifs dans un manque de luminosité.

 

« De l’argile au nuage », exposition à découvrir jusqu’au 21 novembre 2015 à la Bibliothèque de Genève, site Bastions, du lundi au samedi entre 12h et 18h.

En marge de l’exposition, aura également lieu une conférence le 12 novembre de 18 à 21h : Big data et les bibliothèques de demain (événement de clôture).