Étiquettes

, , , , , , ,

…pour une bonne gestion.

Dans l’article présenté ici , « Gestion des connaissances et efficacité des résultats de l’innovation : le rôle des barrières culturelles », par Leal-Rodrígez, A. Leal-Millán,A. Roldán-Salgueiro,J.-L. et Ortega Guitérrez, J., nous verrons qu’il peut être important de se poser certaines questions en amont pour mettre en place une stratégie de gestion des connaissance. Ainsi, les auteurs interrogent l’effet modérateur des barrières culturelles sur le lien entre les stratégies de Knowledge management (KM) et l’innovation. L’angle d’analyse est la notion de « base de connaissances » (BC).

Introduction-contextualisation

Cette étude a été menée dans des hôpitaux espagnols. La problématique du KM proviendrait du fait que les informations que se partagent les médecins s’effectuent dans un grand rayon, partant du bâtiment lui-même jusqu’à travers le continent, affectant ainsi le suivi des patients. De plus, l’évolution de la technologie offrant de nouvelles opportunités d’innovation, elle permet de garder un avantage concurrentiel durable.

Revue de la littérature

Selon les auteurs, la littérature ne traite pas ou presque de la relation entre le KM et l’innovation ou de l’effet des barrières culturelles sur celle-ci. Ils adoptent le point de vue de la base de connaissances (KBV= Knowledge-based view). L’idée principale est : « […] that new product creativity is a function of the firm’s ability to manage, maintain, and create knowledge ». Ainsi, la largeur et la profondeur de la BC d’une entreprise sont les principales sources favorisant le développement de l’innovation.

Puis, ils soulignent que le KM offre un cadre favorisant les processus d’absorption des connaissances et par conséquence le développement de l’innovation ; que le point de vue culturel du KM est un facteur déterminant dans les résultats d’innovation et finalement, ils démontrent que l’entreprise doit créer et maintenir un environnement encourageant la créativité en fournissant des ressources et en réduisant les freins. Elle doit appliquer des normes favorisant la flexibilité, le changement, l’ouverture d’esprit et la communication; sans quoi elle ne pourra pas évoluer ou s’adapter à son environnement.

Hypothèses

Basé sur la revue de la littérature, les auteurs proposent comme postulat que le KM et l’apprentissage jouent différents rôles dans la contribution à l’innovation. Ils émettent ainsi les 3 hypothèses suivantes :

1) Basées sur la théorie du KBV, les études ont classé les diverses stratégies de KM selon deux dimensions clés : la dimension focus KM (orientée explicite/tacite) et la source de KM (orientée externe/interne). Pour les auteurs, l’adoption de ces diverses dimensions forme un ensemble complémentaire de stratégies permettant à l’organisation d’obtenir des performances plus élevées. Ainsi, la première hypothèse est que ces deux dimensions de stratégie de KM affectent positivement la BC.

2) L’étendue et la profondeur des BC affectent positivement les résultats d’innovation.

3) La culture définie, selon Schein (1985), comme le partage des valeurs, des croyances et des pratiques des individus dans l’organisation, sous-tend que des modèles mentaux, comme la résistance au changement, peuvent devenir des freins pour la prise de décision. Les principales causes seraient un manque de formation ou de motivation. Ces barrières culturelles doivent être levées par l’organisation pour s’assurer que ses membres puissent s’acquitter de leurs responsabilités. Il est donc important d’avoir des personnes motivées et actives dans la production et le partage de connaissance. La 3ème hypothèse est donc que: l’étendue des barrières culturelles d’une organisation déterminera la mesure dans laquelle la BC favorise l’innovation.

Conclusion

Selon les chercheurs les hypothèses sont confirmées. Cette étude suggère que la BC est plus payante pour les hôpitaux qui présentent de faibles barrières à la créativité et au partage de connaissances entre les personnes, qui favorisent le transfert de connaissances et créent des cultures ouvertes. Ainsi, les barrières culturelles ont tendance à promouvoir l’apprentissage comme un moyen d’exploitation, et à promouvoir la réalisation des objectifs organisationnels spécifiques ce qui favorise la conformité plutôt que la créativité ; bloquant par la même occasion l’appropriation collective de nouvelles connaissances, la reconnaissance et l’exploitation des possibilités futures. Ils recommandent donc à l’organisation de fournir un environnement approprié pour surmonter ces obstacles.

Critiques et avis personnel

Les résultats de cette recherche ne sont peut-être pas révolutionnaires pour le KM, cependant, ils montrent bien la difficulté à transformer l’information en savoir. L’intérêt de cette étude est de démontrer qu’avant d’acquérir des outils, ou de répondre à la question de standardiser ou codifier les processus, la question centrale reste celle de l’humain. Celui-ci participe de la complexité et par la même occasion constitue le plus grand frein, dans ce cas-ci à l’innovation, mais de manière générale face à tout processus d’évolution ou de changement dans une organisation.

On ne peut que recommander, comme le fait peut-être humblement cette étude, de prêter une attention particulière à la culture de l’organisation, repérer les freins et s’occuper avant tout de la manière dont va être mise en place une gestion de la connaissance (KM) permettant aux individus de s’exprimer, d’être motivés et de se montrer créatifs…

références

Mots-clés : base de connaissance, résultats d’innovation, barrières culturelles, organisations des soins de santé.
Zhou et Bingxin Li, sur le lien innovation-KM (2012)
http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/smj.1959/abstract
Site « de l’innovation » [consulté le 29.04.2015]
http://erwan.neau.free.fr/innovation.htm
Site DCG JESF [consulté le 29.4.2015]
http://dcg.jesf.fr/management/2014/01/10/comment-organiser-le-management-des-connaissances-knowledge-management/
Site Zeknowledge.com [consulté le 29.04.2015]
http://www.zeknowledge.com/knowledge_management.htm