Étiquettes

, , ,

Blogs, conférences grand public, articles dans les médias traditionnels… La vulgarisation scientifique peut revêtir différentes formes. Une nouvelle façon de communiquer sur sa thèse a fait son apparition il y a quelques années au Canada : présenter ses recherches de doctorat en trois minutes à un public profane. Extraire les informations les plus adaptées de trois ans (au moins !) de travail pour parler en trois minutes de ses objectifs, du contexte de son étude, de ses hypothèses, de sa problématique, de son terrain, de sa méthodologie, de ses analyses, de ses résultats, de ses conclusions et des enjeux de sa recherche… Voilà un bel exercice de communication, utile tant pour les étudiants que pour le public.

Ce nouveau challenge pour les doctorants prend d’ailleurs de l’ampleur : cette année, outre la finale québécoise organisée à l’occasion du Congrès de l’ACFAS, des finales nationales du concours Ma thèse en 180 secondes auront lieu en France, au Maroc et en Belgique.